Jean-Baptiste Richardier à Paris en 2007.
Image : Dominique Lamiable


Jean-Baptiste Richardier exhorte la France de prendre une position claire d'interdiction des bombes à sous munitions, le 29 septembre 2007 sur l'esplanade du Centre George Pompidou à Paris, devant la pyramide de chaussures, symbole des mutilations subies par les civils.
Dans 40 villes de France, 70 000 signatures ont été obtenues.
Il faut rappeler que si les mines antipersonnel ont été interdites lors du traité d'Ottawa en décembre 1997 (bien que non signé par 40 pays dont les USA, la Russie, la Chine...) les bombes à sous munitions restent autorisées alors même que près de 25% d'entre elles n'explosent pas directement, et sont ainsi meurtrières à long terme au niveau de la population.