Le blog de Laurence, mamie conteuse

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 23 février 2008

Dit de l'âne




Mon ami, monsieur Francis Jammes
connaissait le fond de mon âme.

Il me savait pensif et doux
quand je marchais le long des houx.

Il aimait mes yeux sans soleil,
mon pas fatigué, mes longues oreilles.

Vous, qui m'abreuvez de critiques :
" Têtu, capricieux, lunatique"
je vous trouve peu sympathiques

Bien qu'appelé bête de somme,
je suis moins bête que les hommes!

Si parfois ma cuisine pique,
j'ai le coeur tendre et pacifique.

J'aime le son, j'aime le son,
mais pas celui du canon!

mardi 5 juin 2007

Le dit du renard



Soyons amis et laisse-moi tranquille,
disait le renard à Rocky, le
chien de la ferme voisine.
J'en ai assez de tes poursuites!
Pourquoi me mettrais-tu en fuite?
J'ai acheté une conduite!
Je ne mange plus de lapins
ni de poules, ni de pin-
-tades, pas même un mulot égaré
cherchant son trou dans les guérêts!
Terminés meurtres et rapines,
festins sanglants dans les sapines!
Je ne me mets plus sous la dent
que des rizhomes de chiendent.
Dormez en paix, potentielles victimes!
Je veux être un renard de bien.
Je me suis fait végétarien!


* tous droits réservés.

lundi 14 août 2006

Le dit du peuplier



- Si vous croyez que ça me plaît
d'être un arbre dans la ville!
ronchonnait un peuplier
mauvais sujet, coeur indocile.
Si vous croyez que c'est gai
d'être toujours là planté
entre un centre commercial
et un immeuble aux murs sales!
Ah! je voudrais être un nuage!
Je dirais des mots doux à la lune, là-haut
en effleurant son visage
et je partirais en voyage!
Je glisserais dans le bleu, dans le bonheur,
J'en verrais des paysages
inconnus, des océans, des steppes, des déserts...
Je ferais des fois et des fois le tour de la terre.
Puis, sur le point de tomber de fatigue,
quand s'ouvriraient pour moi les bras de l'invisible
au bout de mon destin,
peut-être je rêverais
d'avoir été un arbre dans la ville
élevant son fût gracile
près d'un centre commercial
et portant à son sommet,
défiant souffles et rafales
un nid de pies triomphal.


*tous droits réservés.

samedi 5 août 2006

Le vieux joueur de flûte




Entre l'école et la clinique,
les matins de marché,
le vieux joueur de flûte étire sa musique.

Propre comme un sou neuf!
Petit homme discret
s'enveloppant d'airs tendres!

II interrompt son ruisselis de notes
quand vous passez.
II vous salue.
Il vous parle aimablement
du temps qu'il fait, de celui qu'il va faire.
Et ses bénédictions vous escortent longtemps
pour une pièce jaune
posée parmi les pièces de cinq cents.


*tous droits réservés.

Honte aux pollueurs!



Suite aux assauts répétés d'un pollueur, je suis amenée à fermer les trackbacks, comme je l'avais fait précédemment pour les commentaires!

Les personnes qui voudraient me joindre peuvent toujours le faire à l'adresse suivante:

daffodil@ragondux.com

Merci!

jeudi 3 août 2006

Excusez-moi!



En raison d'un trackback abusif, j'ai mis momentanément hors ligne le conte " La petite poule rose". Il sera remis en ligne dès que j'aurai eu le temps de résoudre le problème. A bientôt! Merci!

jeudi 20 juillet 2006

Jardins



Tondeuses, taille-haies
ont rugi ce matin.
Gazons rasés de près,
arbustes bien taillés,
la ville a fait toilette.

Seuls,
les coeurs de ses enfants,
parfois,
sont des jardins abandonnés.


* tous droits réservés.

lundi 3 juillet 2006

Laissez-moi dormir!




"Laissez-moi dormir! dit la Terre.
Je suis vieillle et fatiguée!
Je me trémousse et je tourne
depuis cinq milliards d'années:
J'ai bien droit à la retraite !
Vous faire un nouveau printemps!
Vraiment! J'aurais pas l'air bête!
Je me vois en fanfreluches,
bourgeonnant, croulant sous les fleurs!
Et Saturne qui dirait:
Vous avez vu la nunuche?
Non, non! Ne comptez plus sur mon bon coeur!"
Elle était de mauvais poil, ce matin-là, la Terre!
Peut-être elle avait mal aux océans...
Peut-être elle était un peu en rogne contre ses enfants
qui lui font de la misère!
Mais l'oiseau bleu de la rivière,
Martin-Pêcheur, traçait des graffitis dans l'air.
Mais les merles s'extasiaient.
Mais dans la cour d'une école
De petits enfants plouffaient...
Alors la Terre s'est laissé faire!
Elle a mis lentement sa robe d'herbe verte,
son chapeau de ciel clair
avec les plumes blanches des nuages...
Elle ne paraissait pas son âge!
Elle a cherché ses grands paniers,
elle est allée chez le marchand de fleurs,
elle nous en a fait voir de toutes les couleurs!



* tous droits réservés.

Rappel




Ce blogue est consacré à l'oralité. Vous n'y trouverez pas de textes littéraires. Seulement des textes en langue parlée et parfois familière.

Merci de vos visites que je n'aurais jamais osé espérer si nombreuses.



mercredi 14 juin 2006

Brèves




Forthysias en fleurs,
miettes
d'un déjeuner
de soleil.




Clairière.
La forêt baye
aux corneilles.




.Tous droits réservés.

mardi 6 juin 2006

Le dit de l'escargot




- Vous me reprochez d'être lent!
grinche l'escargot en colère.
Pourtant, je vais ventre à terre
sur la mousse ou sur les pierres
quand je vaque à mes affaires!
Que je sois un peu collant...
je ne dis pas le contraire.
Mais qu'est-ce que ça peut vous faire?
Je laisse derrière moi une trace de lumière.
Qui d'entre vous pourrait en dire autant?



* tous droits réservés